Aujourd hui (comme hier et avant-hier) on n a pas tres envie de rigoler...
Par ou commencer?

On peut dire qu actuellement on revoit nos ambitions de maniere plus realiste. Pekin semble bien loin, a chaque jour, chaque instant, suffit sa galere.

Avant-hier c est un bug du chargeur rapide qui nous a preoccupes. On dirait pas comme ca mais si on n arrive pas a recharger le midi on se retrouve coinces la ou on se trouve (et c est souvent au milieu de nulle part: resto route, atelier, station-service...). Et c est aussi la fin du voyage. D ou notre desarroi quand on a constate le probleme... Notre demi-charge nous a quand meme permis d atteindre de justesse la ville suivante. Ouf.

Hier matin, alors qu on se demandait toujours si on allait pouvoir faire notre charge rapide a midi (3 heures de temps contre 10 heures la nuit), l etat calamiteux des routes a eu raison de certaines attaches de la carosserie du scooler de Geraldine avec pour effet direct de ne plus pouvoir ouvrir son coffre dans lequel se trouve sa batterie d appoint. Tout ca bien evidemment en pleine nature.
IMGA0043.JPG
Petit apercu de la pleine nature

Et ou se trouve la boite a outils?
a) dans le coffre de Xavier
b) dans le coffre de Geraldine
c) dans le chapeau de Gerard Majax qui justement passait par la
Reponse b) et c est mon dernier mot Jean-Pierre.
3/4 d heure a demonter des feux arrieres pour acceder au systeme de la serrure et faire sauter le ressort avec un bout de bois taille au canif. (Mac Gyver est mon heros.) Premiers pleurs de frustration de Geraldine...
IMGA0048.JPG
Reparation de fortune de la carrosserie

Nettement moins rigolo l apres-midi. Vous vous souvenez des camions roumains et de notre angoisse constante a leur passage? Ce qu on redoutait s est finalement passe. En doublant de trop pres Geraldine, l appel d air l a fait chuter dans un fosse betonne. Heureusement plus de peur que de mal. On notera que personne ne s est arrete (meme pas moi qui etais 100 metres devant). Je ne sais toujours pas comment elle a fait pour extirper a elle seule cette masse de 150 kg... Nouveaux pleurs d angoisse sous le choc. Petite consolation de la journee, le chargeur rapide refonctionne normalement. Le soir on est alle bruler un cierge dans le monastere peint de Cozia, mais apparemment on connait mal les rites de la religion orthodoxe...
IMGA0060.JPG
Monastere peint de Cozia datant de 1386
IMGA0059.JPG
Detail de la porte

Ce matin, on s est leves plus confiants et sereins pensant avoir deja expie nos peches hebdomadaires. Mais au bout de seulement 30 km la batterie de Geraldine est completement dechargee. Glups. Elle branche sa batterie d appoint sans probleme (rappelez-vous elle se trouve dans le coffre qui n a plus de serrure). Cela nous permet d atteindre le garage le plus proche. Et la les surprises commencent.
Suspectant un manque d eau dans les batteries (ce qui etait le cas) on se met a les remplir. Stupefaction: l eau s ecoule par terre car il y a une breche dans le systeme d approvisionnement. Reglups. Heureusement on suscite la curiosite mais aussi la pitie des mecanos qui nous viennent en aide: colle super forte et mastic de pare-brise ont fini par colmater la breche.
IMGA0064.JPG
Nous rechargeons. Vers 15h nous sommes prets a repartir esperant que le probleme venait bien de la.
Geraldine passe devant la haie d honneur des mecanos, c est a mon tour, je demarre... pas. Une sueur soudaine envahit mon casque. Geraldine devine tout de suite, je la vois s affaisser de desespoir (et ce n est pas sous le poids de son sac, que je porte desormais, car son dos la fait trop souffrir). Nouveau demontage. Un electro-mecanicien finit par trouver la cause (contacteurs oxydes).
IMGA0069.JPG
On repart vannes. Il est 17 heures. On etait arrives dans ce garage a 10h30 ce matin!

Ce soir on prend la mesure du defi. On ne se projette plus sur l objectif final mais on vit desormais au moment present, toujours obnubiles par l etat de fonctionnement de nos engins.

On repart demain sans savoir si le probleme du scooler de Geraldine est resolu. Rereglups. Un point positif: toutes ces galeres nous permettent de decouvrir l incroyable devouement et la gentillesse des gens que nous rencontrons: vivement la prochaine galere!