La Croisière Verte Paris/Pékin zéro pollution, 100% électrons !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 12 juin 2008

ROSTOV-SALSK-ELISTA-ASTRAKHAN (2)

PARIS -ASTRAKHAN (5500 km) : RECORD MONDIAL BATTU DE LA PLUS LONGUE DISTANCE EN VEHICULE ELECTRIQUE HOMOLOGUE !

PARIS-ASTRAKHAN (5500 km) : BROKEN WORLD RECORD OF THE LONGEST DISTANCE ON AN ALL-ELECTRIC HOMOLOGATED VEHICLE !

<KENOX S630 / Samsung S630>
Elista, aux portes de l'Asie

Yesssss ! La performance precedente avait ete etablie par la societe americaine Apollo Systems, avec la traversee des Etats-Unis (4800km). Un petit tour de roue pour Alel, et un grand verre de Vodka pour nous.

Depuis Elista, l'aventure a pris une nouvelle tournure : c est bien simple, il n'y a plus rien ! Desert de steppes, points de ravitaillement de plus en plus eloignes, reduits a des hameaux poussiereux ecrases par la chaleur qui commence a se faire sentir dans le coin (35 degres a l ombre), et en plus le vent chaud qu aucun relief n arrete reduit considerablement nos autonomies (parfois jusqu a 25 pour cent). A perte de vue, RIEN ! Les yeux ne sont pas assez grands pour embrasser l'immensite qui nous entoure et nous rappelle souvent a notre vulnerabilite... Ce n est plus un raid-aventure, c est une mission a la precision quasi militaire ! Calculs des performances, des denivelees, de la force du vent et de sa direction, en fonction de la distance qui separe chaque point electrique, nous font effectuer des courbes ballistiques afin d atteindre notre but a chaque fois. Pas le droit a l erreur, car sinon c est la panne en plein desert, et la, pas possible d aller chercher un bidon d electricite... Pour faire la conversation, on n a plus que les serpents (phobie de Geraldine, je rigole bien) et les dromadaires...

<KENOX S630 / Samsung S630>
On n est pas grand chose...

IMGA0370.JPG
Lac sale en plein nulle part

<KENOX S630 / Samsung S630>
Point de recharge (et etape dodo) chez l habitant


Apres trois jours de steppe, arrivee (et soulagement) a Astrakhan... On part pour un autre marathon, celui de l obtention du visa kazakhe... On vous passe les details, mais ca a ete EXTREMEMENT difficile de les avoir, et on est d autant plus contents de les contempler desormais sur nos passeports... Astrakhan etant un des deux seuls points d obtention pour les visas kazakhes en Russie, c est fatalement un lieu de retention pour baroudeurs en attente du precieux sesame... Une bonne occasion pour faire la connaissance d autres francais (a velo) !

<KENOX S630 / Samsung S630>
De gauche a droite : Olivier (celui du velo couche), Arnaud, et Olivier... Non ce ne sont pas nos analyses d urine que nous avons devant nous...

Et au fait : on est passes a la television russe, ALEL superstar !

<KENOX S630 / Samsung S630>

Demain , on passe au Kazakhstan, ce soir on effectue les dernieres revisions sur les Scoolers... Mais avant : Caviar et Vodka pour feter les visas !

mardi 10 juin 2008

ROSTOV-SALSK-ELISTA-ASTRAKHAN (1)

ROSTOV SALSK, premiere partie

Desoles de n avoir pu ecrire plus tot, il devient TRES difficile de faire des billets et de decharger des photos sur les rares points internet que nous pouvons trouver...

En fait on est bien arrives a Astrakhan, mais tant de choses se sont passees depuis notre arrivee a Rostov que nous preferons faire deux billets. Et comme on est coinces a Astrakhan pour cause de racket d etat kazakhe, pardon en attente de visa (honteux, on expliquera tout ca plus tard), voici donc quelques commentaires sur notre sejour a Rostov.

Tout d abord, sueurs froides avec les chargeurs de batterie et une attache de cosse qui s est devissee lors des trepidations incessantes du voyage... Angoisse au niveau de l autonomie qui d un coup s est considerablement reduite, le temps de trouver la cause de la panne... Rien de grave bien sur, mais la frustration qui decoule de ces retards inopines pese parfois tres lourd sur le moral.

Notre arrivee sur Rostov a ete des plus etranges... A peine arretes le bord de la route pour chercher notre chemin (Rostov est quand meme la troisieme ville de Russie), une voiture s arrete, un homme en descend, puis nous demande en anglais ( et ca c est rare) ou nous desirons aller... Interloques ( nous n avions meme pas sorti de carte), nous lui parlons de l Alliance Francaise : ni une ni deux, le gars passe un coup de fil dans sa voiture, puis nous demande de le suivre ! Une demi-heure plus tard, nous voila devant l Alliance Francaise, l'homme nous fait au revoir et disparait... Incroyable dirons nous !

IMGA0318.JPG

Ceci dit, il est a signaler que nous trouvons les Russes en general d une extreme gentillesse, et puisque lors de notre arrivee sur Rostov le moral n etait pas au plus haut, nous avons ete d autant plus heureux de trouver un accueil plus que chaleureux au sein de l Alliance Francaise. Son directeur Andrei est devenu un reel ami en quelques heures. Prise en charge des formalites administratives ( et oui il faut se faire enregistrer dans les hotels afin de pouvoir etre suivis a la trace), visite de la Ville, et gouter dinatoire au sein de l Alliance Francaise...

IMGA0323.JPG
Andrei et toute son equipe autour d un verre de champagne...rouge !

De notre cote nous avons eu l occasion de rencontrer tous les etudiants de l Alliance Francaise et exposer le projet Croisiere Verte et ses enjeux ; les debats furent plus qu'interessants, dans un pays ou le litre d essence est moitie prix du notre...

Apres deux jours passes a Rostov, nous avons repris la route, en decidant d aller au plus court et piquer sur Astrakhan (passage oblige pour obtenir un visa Kazakhe de toute facon, puisqu il n y a que la et a Moscou apparemment qu il peut etre delivre). A la fin de notre pause-recharge en pleine pampa, quelle ne fut pas notre surprise de voir passer un gars en velo couche ! Sachant qu effectivement d autres francais voyagent vers l Asie Centrale, on le rattrappe sur la route (et on le fait bien sur sursauter puisqu il ne nous a pas entendu arriver), cest bien un Francais, Olivier, qui tente quant a lui de rallier le Tibet depuis Belfort. Histoire incroyable, morts de rire, bref on decide de se revoir le soir a notre etape commune, Salsk (en fait ce n etait pas prevu pour Olivier mais le plaisir de pouvoir retrouver des compatriotes l a motive pour mettre les bouchees doubles).

<KENOX S630 / Samsung S630>
Droles de machines en pleine Russie

Soiree geniale a parler voyages, destinations exotiques, avec un invite incongru venu squatter notre table : Sacha, le clown du cirque du coin, et sa carafe de vodka... Sans s etaler sur la soiree, je dirais que j avais une barre au front le lendemain pendant toute la matinee...

<KENOX S630 / Samsung S630>

Cote geographique, on n a pas a se plaindre du relief, mais les distances entre les points de vie rallongent... La Steppe s annonce !

IMGA0352.JPG
Geraldine au Kilometre 429

lundi 2 juin 2008

MELITOPOL-MARIUPOL-TAGANROG : BONS BAISERS DE RUSSIE !


IMGA0310.JPG
En route vers la Russie... Rue de Mariupol

IMGA0275.JPG
Scene rurale en bord de route. Droles de Dames II...

IMGA0314.JPG
Derniere photo en Ukraine, avec au loin la Mer d Azov

Et oui nous voici enfin passes du cote obscur de la Force... C etait assez rigolo, au moment ou on se presente devant la barriere, un rideau de pluie s abat sur nous, un peu comme Bienvenue chez les Ch'tis, hahaha, mais bon on rigolait pas vraiment... Un militaire arrive, nous demande nos papiers, puis nous pose une question (en russe, et dont le ton nous fait comprendre qu il ne revient pas d un spectacle de Franck Dubosc), en nous designant un point par terre. Nous cherchons et decouvrons un chat (vivant) sous mon scooler... On comprend que le soldat nous demande si l animal voyage avec nous, nononononon glups! Le militaire nous regarde, hilare, bienvenue en Russie...

<KENOX S630 / Samsung S630>
A quelques dizaines de metres de la Russie


s6300148.jpg
Desinfection obligatoire dans le rotoluve

Son collegue derriere le guichet de controle a l air moins drole, et alors que je me debats avec mes affaires pour les mettre a l abri, Geraldine me dit "arrete de bouger, il te scrute bizarrement", et la, je vais faire plaisir a Couz et a Nemo, c est ma barbe qui ne lui revenait pas ( et a ce sujet, Couz, je signale qu'un commentaire de Sampu et Boogie y faisait reference sous les termes elogieux d "Adam Grizzli beard") ; c est vrai qu il n'y a plus trop de similitude avec ma photo de passeport. Sans broncher, avec un signe de la main, il me fait signe que je devrais me raser, j acquiesce humblement, je reprends doucement les papiers sans gestes brusques et apres quelques autres verifications administratives d usage, on nous fait signe de deguerpir, hop, mais vu le deluge qui s abat alors, nous demandons asile (...) entre deux plots de controle, toujours dans la zone-frontiere. On se fait tout pitipitit, les schtroumpfs auraient pu etre nos copains. Un petit quart d heure plus tard nous filons sans faire de bruit (et oui nous vous rappelons que nous voyageons electrique), mais en en faisant assez quand meme (petit sifflement discret) pour ne pas avoir l air de fuir.. Subtil.

Au niveau technique, nous devons faire face a des problemes de recharge qui nous empechent de caler le parcours et nous obligent a reduire nos etapes. Nous voici donc a Taganrog, ou nous devons faire une escale technique afin de pouvoir repartir d un bon pied des que possible. Pour ce qui est des bonnes surprises, il est a noter que pour l instant nous n avons pas eu a utiliser nos adaptateurs, les prises et l intensite sont les memes qu en France depuis le debut du trajet. Par contre il est moins facile de trouver un abri couvert pour la nuit, et ce derner detail nous prend enormement de temps ( et d energie) le soir pour trouver l endroit le plus correct possible.

Enfin je vais essayer de repondre aux nombreuses questions qui ont ete judicieusement posees sur les commentaires (dont au passage nous remercions tous les auteurs, ca fait vraiment chaud au coeur).
Compositeur, quand je disais que 'pour les reveurs, ce n est pas parce qu on va vite', c est parce qu on ne va PAS vite, justement, et qu il ne faut pas rever a ce sujet...
Nemo, ta question sur l escalier Potemkine est tres interessante ( "ce sont les gens qui sont petits ou bien c est l escalier qui est grand?"), cest vrai qu il y a quand meme 192 marches a se taper, mais l'architecte a voulu augmenter la sensation de grandeur en faisant une base tres grande (21m) et un sommet plus etroit (13m), ce qui accentue cette vision d escalier qui n en finit pas. L allusion au landeau fait reference a une des plus grandes scenes du cinema mondial (le Cuirasse Potemkine, 1925, d'Eisenstein), dans lequel un landeau degringole les marches en pleine fusillade entre les troupes du Tsar et les marins revoltes. Cette scene a d'ailleurs ete reprise dans les incorrruptibles de Costa Gavras. Voila pour la parenthese culturelle !

Pour les Petits Baulois : Victor, non notre dos ne va pas mieux, on a toujours aussi mal aux reins et aux epaules, donc pour ne pas avoir mal comme nous, demande a ton maitre Antoine de porter ton cartable depuis l'entree de la cour jusqu a ta place en classe.
Jade, on rentrera a la maison en avion, non pas qu'on n'aurait pas voulu revenir en autruche ou en scaphandre, mais notre dos n'aurait pas ete d'accord et il nous faut vite rentrer ensuite parce que nous aussi on a classe.
Camille et Amandine, non Geraldine n a pas perdu son sourire pour aborder les autochtones, meme si des fois on peut le confondre avec le rictus de douleur qu'elle arbore les trois quarts du temps, a cause de sa colonne verteb-Rhaaaaaaaaah-le.... La preuve en image, avec un policier ukrainien qui a pourtant essaye de nous dissuader de continuer notre periple en nous racontant toutes sortes d'histoires sur le Kazakhstan

IMGA0305.JPG
Mais ou est donc le policier ?

Florian, merci pour tes petits mots, envoie le bonjour aux 6emes Capitaines et aux 5emes Tourterelles.

vendredi 30 mai 2008

AU FIL DES RENCONTRES...

... On continue d avancer.

Tout d abord (merci Remdo), vous savez donc que nous avons quitte Odessa avant hier pour partir plein Est, direction la Russie ( que l on devrait normalement atteindre apres demain, mais a chaque jour suffit sa peine, vraiment).

Nous sommes donc actuellement a Melitopol, une ville assez moche, comme celle dans laquelle nous etions hier d ailleurs. Notre trajet (Odessa Mikolaev Nova Khakovka) nous rapproche de plus en plus des cliches ex-sovietiques, en particulier au niveau de l hebergement propose dans les "etablissements d etat" de vieux immeubles gris aux murs lepreux et a la guichetiere habillee a la dernier mode KGB. Triste a mourir. Chaque fois on se dit "on trouvera quelque chose de moins triste demain" et chaque fois c est aussi glauque que la veille.

Ceci dit, nous devons avouer que le beau temps et les rencontres faites au fil des jours sont toujours aussi inattendues et chaleureuses. Hier, alors que nous etions dans une aire de bord de route en train d attendre que la recharge de nos scoolers se temine, quelle ne fut pas notre surprise d entendre parler un jeune en francais. Presentations faites, ce dernier etait avec 3 autres compatriotes et une interprete ukrainienne, et travaillaient a la contruction d une unite de production de Danone, mort de rire. Et comme le hasard fait bien les choses, et que c etait l anniversaire de l un deux, nous avons ete cordialement invites a nous joindre a eux pour boire un petit cognac ukrainien ( de fort bonne tenue ma foi.)

IMGA0295.JPG
Sur la Route de la Soif, avec un jeune fana de boite, Francisco, Jean-Michel-avec-un-an-de-plus, et Olga. Notez mon air joyeux, preuve qu avec un petit coup, les os deviennent plus mous.

Cote route, il faut rendre a Cesar ce qui est a Rosalie et preciser qu elles ne sont finalement pas pire qu en Roumanie, quoique (sauf peut etre en ville), et les Ukrainiens sont bien plus respectueux des usagers. Il est vrai aussi que le trafic est bien moins dense, et donc le stress lie a la circulation s est attenue. Il est d ailleurs assez frequent qu on puisse rouler plus de 5 mn sans croiser de vehicule ou sans se faire doubler ( et pour les reveurs, non ce n est pas parce qu on va vite). Aujourd hui, nous avons fait 50km sans voir une seule maison... A perte de vue, des champs de ble, c est tout. Glups, il faut pas se louper pour effectuer la recharge du jour !

IMGA0297.JPG

Rencontre avec un Cosaque, mais celui la n etait pas tres bavard Du coup, ( et paradoxalement) les stations essence sont nos cibles favorites, pour plusieurs raisons : elles sont sur le bord de la route ( tiens tiens), les pompistes sont morts de rire quand on leur explique ce qu on fait et l accueil est toujours sympa d autant plus que tous les gens qui viennent se ravitailler en essence viennent nous faire un brin de causette, la plupart prend dailleurs les scoolers en photo sur leurs portables.


On se presse on est en train de ce faire virer par une autre demoiselle Kremlin, Juste une derniere photo pour rassurer le patron de Alel quant a la garde de ses engins la nuit : c est devenu une question militaire par ici !

IMGA0287.JPG

lundi 26 mai 2008

ODESSA, ATTENTE, SCOOP...

Ben oui, on attend toujours ces visas russes... no comment.

Notre arrivee a Odessa fut donc marquee par une rencontre pour le moins inattendue : alors qu on allait enfin rejoindre nos penates, (apres etre alles boire une vodka, juste pour le principe), nous tombons sur un groupe de francais, tout heureux de parler la langue de Moliere loin de notre patrie... Mort de rire, presentations faites, c est l equipe de tournage de "Tranporteur 3" qui vient faire quelques sequences a Odessa ! Vous le comprendrez donc, pour ceux qui iront voir le film, notre semillant Jason Statham devra convoyer une charmante demoiselle ukrainienne (ce qui n est pas complique a trouver ici...) de Marseille a Odessa. On a bien plus d autres details, mais nous ne les divulguerons qu au plus offrant (on a besoin de beaucoup d argent pour ces visas russes). Toute l equipe etait sideree par notre aventure, et le chef deco aurait meme aime nous proposer un passage avec nos scoolers dans le film, s ils en avaient eu le temps ! Enorme... Helas, la derniere scene de cascade venait d etre tournee. Nous passons a cote de la gloire a cause de ce grmblblmbl de bac fantome qui nous a fait faire ce grmblmbl de detour entre la Roumanie et l Ukraine...

Quelques photos de la ville :

IMGA0191.JPG
Bienvenue a Odessa, glups...

IMGA0194.JPG
L eglise лантелеймонывська (Panteleymonivsky), sympas les claviers du coin au passage...

IMGA0216.JPG
Le fameux escalier Potemkine, pas de landeau a l horizon...

IMGA0238.JPG

IMGA0220.JPG
Petit apercu de l architecture neo classique

IMGA0266.JPG
L Opera

IMGA0265.JPG
Geraldine et Pouchkine en pleine conversation

Et puis il y a bien sur le marche du coin...IMGA0254.JPG

IMGA0251.JPG
Une Ninja en mission secrete vraisemblablement...

IMGA0256.JPG
Quoi !? Il est pas frais mon poisson ?!

Bref, c est une ville vraiment sympa ! Il y aurait encore pas mal a faire dans le coin, mais on espere renfourcher nos engins au plus vite, direction la Russie (quand on aura nos visas...Re-no comment).

vendredi 23 mai 2008

PARIS-ODESSA, PREMIERE TRAVERSEE TRANS-EUROPEENNE EN VEHICULE ELECTRIQUE


depart_010.JPG IMGA0186.JPG
France-Ukraine : le jeu des 7 differences

(PARIS-ODESSA, FIRST TRANS-EUROPEAN CROSSING ON HOMOLOGATED ALL-ELECTRIC VEHICLE)

Quoi ?! On peut bien se la jouer un peu non ? En plus, c est vrai... Avec ce troncon derriere nous, et a la demande d internautes specialises dans les vehicules elctriques, nous nous devons de dresser un premier bilan un peu technique...

- 4.000 kilometres parcourus, 8 pays traverses, les Vosges, les Alpes (altitude max. 785m.), et les Carpathes surmontees. Comme l a stipule Remdo, nous avons les bons chevaux pour effectuer ce type de voyage.
L etape la plus longue sans recharge a ete de 145 km au compteur, et la plus grande distance parcoure en un jour a ete de 250km. A ceci il faut rajouter que nos engins supportent une masse comprise entre 90 et 100kg (non ce ne sont pas les emplettes faites en voyage, ni nos poids respectifs, mais les outils, chargeurs et autres pieces de rechange). A ce sujet, nous sommes vraiment sideres par les chocs endures par les amortiseurs de ces engins, qui sont sollicites bien au dela de ce qu ils sont censes encaisser. Meme le scooler de Geraldine, plus taille pour la ville (garde au sol plus basse) a demontre une etonnante resistance a tous les terrains rencontres.

- Cote image, il n y a pas a dire, les engins et le projet font l unanimite. On vient nous voir spontanement pour nous demander des renseignements, certains parlent meme de se mettre a l electrique des qu il le pourront, le premier critere etant bien sur le cout energetique ( l impact ecologique, lui, reste tres secondaire).

D ores et deja, preuve est donc faite que des engins electriques, meme de tres faible gabarit, peuvent parcourir de grandes distances sur tout type de terrain, et que meme des beotiens en la matiere ( ce qui est notre cas) peuvent utiliser ce mode de transport de maniere fiable.

Pour ce qui est des nouvelles, nous sommes arrives hier soir a Odessa, cette ville fera l objet d un billet a part bien sur, d autant plus qu on se prepare a une longue attente pour avoir nos visas russe et kazakhe...

Au fait, pour la photo de l Ukraine, c est bien la statue de Lenine, tronant devant la Mairie d Izmail.

mercredi 21 mai 2008

ON GARDE SON CALME

... Et j avoue que personnellement j ai parfois du mal a le garder. Dernier petit couac en date, un simple petit detour de...200 (deux cents) kilometres pour rejoindre une ville qu on pouvait voir de l autre cote du Danube. Glups. On arrive confiants a Tulcea, avec le naif espoir de trouver un bac pour traverser les quelques kilometres qui nous separent d Ismael, en Ukraine. Le hic, c est que c est en Ukraine justement, et la on voit que ce n est plus un pays europeen. Comme en plus les deux pays n ont pas l air d entretenir des relations a se taper dans le dos, les autorites du coin nous indiquent juste le detour a faire. J y crois pas ! je cherche un autre moyen de tracerser (sauf a la nage, les scoolers n ont pas pied), et on finit par degotter un pecheur qui nous propose la passe (...) a 350 euros,"formalites ukrainiennes comprises". Ca finit de me refroidir, et resignes, on debute le mega detour de 100km a l ouest avant de se retaper la meme distance en sens inverse...
Evidemment comme c etait pas prevu, on tombe en rade, et ou ca ? Hein ? Hein ? Nulle part bien sur. La premiere maison qu on voit, on s arrete, Geraldine palabre, et se fait vite une nouvelle copine...

IMGA0152.JPG
(Geraldine, c est celle de droite)

Et moi un nouveau copain...

IMGA0164.JPG
Sur la Route de la Soif...

Notre derniere nuit en Roumanie fut donc, disons, typiquement roumaine.,,

Aujourd hui, deux frontieres ! Celle de la Moldavie, que du coup on a traversee de part en part par le sud, et celle de l Ukraine, ou nous sommes enfin arrives. Pour la Moldavie, cest exactement comme vous l imaginez ( d autant plus qu un douanier roumain nous avait mis la puce a l oreille en nous souhaitant bonne chance dans ce pays) ; ambiance KGB au poste-frontiere, on se fait tout petit quand un militaire (que dis-je ? ils sont tous en uniforme) se dirige vers nous (de toute facon on etait tout seuls, personne ne va en Moldavie) en nous disant de ne pas prendre de photo, glups. Une femme sort du bureau, fait le tour des scoolers dans un silence que seul le croassement de quelques corbeaux perches sur un mega projecteur vient troubler (j adore cette ambiance, en plus il fait froid et gris). "Plakette ?' Mince c est vrai qu on na pas de plaque mineralogique... "PLakette?!" "Et bien figurez vous qu en France, si les engins ont plus de 4ans,..." La femme nous fait signe de faire demi-tour, direction la Roumanie avec la meme attitude que mademoiselle Bardel, ma prof de math de 5eme, quand j avais rate mon exercice au tableau. On essaie de palabrer, mais ce n est pas le style de la maison. Un homme (aaaaaaaaaaaaaaaaaaah) finit par venir nous voir et apres moultes discussions, madame Kremlin se retourne vers nous et nous fait signe de passer. On ne se le fait pas dire deux fois, mais Geraldine a trouve tout de meme amusant de coincer sa roue dans un des rails du poste-frontiere et bloquer un camion militaire qui nous suivait... Dommage qu on n aie pu filmer la scene, Pour couronner le tout on a passe la frontiere poursuivis par une horde de chiens galeux dont l un a tout de meme reussi a m attrapper le pantalon, punaise... N allez jamais en Moldavie par voie terrestre !

Et puis enfin, l Ukraine... Et l alphabet cyrillique...

IMGA0184.JPG
Glups

Selon les Roumains, "la Roumanie a de bonnes routes, l Ukraine a de mauvaises routes, et la Russie n a pas de routes du tout". On savait donc a quoi s attendre. Mais quand meme... Apres Beyrouth, on a eu un apercu de Bagdad aujourd hui : les rues ( euh quelles rues?) de certaines villes se resument plutot a des passages de terre avec quelques plaques de bitume crevasse par ci par la... Notre vitesse moyenne n a pas depasse 25 a 30km/h aujourd hui. Ceci dit, malgre notre apprehension de quitter le giron europeen, nous avons ete vraiment agreablement surpris de l accueil qui nous a encore ete fait, comme a chaque fois. Notre periple fait sensation, et alors que nous n avions pas eu l occasion de changer de l argent (mais ou sont les banques ? Comme le reste du tissu economique d ailleurs), on se retrouve en bord de route dans une epicerie de depannage, ou les responsables nous proposent non seulement de recharger les scoolers, mais nous offrent gracieusement un cafe et une barre chocolatee... Comme a l accoutumee, les habitues du coin accourent vite, a bicyclette, a pied ou en scooter polluant pour voir nos engins sortis de San Ku Kai. En tout cas. on peut vous dire que la cause electrique est entendue !

IMGA0170.JPG

On est repartis, toujours pas vite, mais on doit rajouter que nous avons note une nette amelioration dans le comportement routier, ce qui nous a permis de ne plus nous concentrer que sur l etat de la route (encore que), mais aussi sur les paysages du Delta du Danube, plus grande region humide d Europe.

IMGA0175.JPG

IMGA0179.JPG
Au pays des moustiques geants... On peut d ailleurs en voir un gros sur le premier cliche

A bientot pour de nouvelles aventures, vraisemblablement a Odessa !

lundi 19 mai 2008

CONSTANTA



IMGA0146.JPG
De'ie'e nous, la Me'e Noi'e !

On tenait absolument a faire un billet sur cette escale au bord de la Mer Noire, a la veille de notre depart pour Odessa. Il faut dire que l accueil que nous y avons recu a ete des plus adorables, particulierement grace au concours de l Alliance Francaise qui s est occupee de tout sur place, tant au niveau de l hebergement que pour les recharges des vehicules. Nicoletta, notre interlocutrice privilegiee sur place, a ete vraiment incroyable.

IMGA0106.JPG

Premiere surprise : Le tableau de nos aventures dans le hall d entree de l Alliance Francaise, afin que tous les eleves puissent suivre l avancee de la Croisiere Verte au jour le jour !

IMGA0093.JPG

Nous avons aussi eu droit au tour de la ville en compagnie d eleves du lycee bilingue... Au vu de la photo ci-dessous, j en connais plus d un qui va vouloir apprendre le roumain...

IMGA0098.JPG
Le Casino style Belle Epoque situe dans la Vieille Ville. Au 1er plan, G-Charlie et ses droles de dames

Le Casino est en fait en pleine restauration, mais nous avons eu la chance de pouvoir nous introduire a l interieur, avec le concours du gardien. Vraiment splendide (l interieur, pas le gardien)

IMGA0099.JPG
Detail d une porte en verre au premier etage

Bien sur, petit passage pour exposer notre projet (qui est suivi la-bas aussi) au lycee bilingue de Constanta, avec une equipe de profs et d eleves vraiment sympas.

IMGA0112.JPG
Je rappelle que le nombre d inscriptions pour apprendre le roumain est limite

Nous avons egalement eu droit a un un repas traditionnel chez Nicoletta et sa maman, dont nos papilles se souviennent avec emotion... Tout d abord la preparation de la "placinta cu branza", sorte de gateau sale au fromage et aux herbes...

IMGA0129.JPG

...Sur la table, des "mici", ainsi que la "mamaliguta" (sorte d epaisse polenta), servie avec la "Ciorba", soupe a base de Borsch, de nouilles, et du coq tue la veille pour l occasion (Aaaaaaaah il avait bonne mine le symbole de la France).

IMGA0135.JPG

Clin d oeil a notre quete sur la Route de la Soif, avec ce proverbe roumain : "Si le Danube etait fait de vin, il y aurait une riviere en moins"...

IMGA0136.JPG
12eme verre de vin echange avec Catinca... Remarquez mon regard vitreux, mais aussi mon autre main tenant encore gaillardement un petit verre de "Tzuica" (eau de vie distillee maison). Pour le nombre de verres, excusez-moi, je ne me rappelle plus tres bien...

samedi 17 mai 2008

LA MER NOIRE

Hahaha, oui on est encore vivants ! Toujours plein de peripeties, mais on continue a avancer et on est arrives sur les bords de la Mer Noire, a Constanta exactement. Cette ville, et l accueil tout particulier que nous y avons recu, fera l objet du prochain billet. Pour l heure, reprenons les choses ou on les avait laissees : nous avons donc repris la route, direction Bucarest d abord, avec toujours ce doute sur les recharges des engins. Il est vrai que ces derniers sont sollicites au dela de tout ce que l Euro N-Cap pourrait leur faire subir.

Nous savons que pas mal de passionnes de vehicules electriques suivent l evolution du voyage, voila donc une journee type de ce que nous vivons depuis 3 semaines :

Lever 6h30, dans une lit plus ou moins dur selon le type de pension qu on a pu trouver la veille. Ouille le dos, direction les engins pour les debrancher et les rebrancher afin de leur donner un autre coup de charge... Preparatifs de depart, souvent pas de petit dejeuner, ou alors biscuits secs achetes la veille sur le bord de la route. Reverification de l itineraire, questions sur d eventuels itineraires de delestage selon qu on peut rencontrer des troncons interdits aux deux roues ou aux vehicules trop lents. Glups.

8h : depart, trajet de 3 a 4 heures pour une moyenne de 120km compteur, deviations et plantages de route compris. Grmblmblmbl. Apres quoi il faut chercher un point de recharge : serrage de fesses, on economise inconsciemment les derniers km, au cas ou... Dernierement, nos points de recharge favoris etaient les stations essence plantees au milieu de nulle part, ou bien les points de vente de depannage a l entree des villages.
IMGA0081.JPG
Point de recharge typique. Noter les differents types de locomotion a l arriere plan.

Notre mode d attaque est desormais rode : Geraldine s y colle generalement et dit -nous avons un probleme, nous sommes en panne, nos engins sont electriques et on a juste besoin d une prise, ca ne prend pas beaucoup d energie ( meme en francais les gens percutent )- Accueil adorable garanti a chaque fois ! On a toujours un petit doute sur la capacite des prises proposees, mais pour l instant tout va bien d autant plus que les prises sont pour le moment les memes qu en France. Le temps d attente est donc de 3h30 environ... Ca peut etre sympa si c est dans une ville classee Patrimopine de l Humanite, mais la plupart du temps c est a 73km de tout village de plus de 17 habitants, et on prefere rester a cote des Scoolers pour verifier le bon deroulement de la charge.... Ceci dit, on peut faire de geniales rencontres ( il faut dire que nos engins et notre accoutrement font un effet Star Trek garanti).
IMGA0084.JPG
Captain Spock au milieu de petits terriens tres curieux

Nouveau depart vers 15h30/16h, pour un trajet d environ 80/100km compteur, toujours en incluant plantages de route et autres deviations a la gomme. Vers 18h, on recherche (avec angoisse car il ne faut pas tomber en rade) un point de chute pour faire dodo : chez l habitant, pension... Dans tous les cas de figure, il nous faut trouver bien sur un point de recharge, a l abri (au cas ou il pleuvrait) pour les engins... On branche les scoolers, petit tour des deux roues... Quand on s y prend bien, on est pose vers 20h... Quand on s y prend mal , ca peut etre 23h30...

Le probleme recurrent que nous rencontrons, outre les points de recharge ( mais encore une fois, jusqu ici, ca a toujours ete jouable), c est l etat des routes. Il faut bien garder en tete que n ayant que deux roues, et de par notre vitesse, nous sommes condamnes a rouler sur le bas cote de la route. Vu l etat du reseau secondaire de la Roumanie, je serais trente d avancer une etymologie de ce mot (bas-route) qui plus tard a du donner Beyrouth, jugez plutot...
IMGA0088.JPG
Non ce n est pas un champ de tir, c est la route 3B qui mene de Fetesti a Constanta, la deuxieme ville de Roumanie

Et ne pensez pas que c est mieux en ville...
IMGA0107.JPG
IMGA0091.JPG
Pieges non signales, vive les Ponts et Chaussees

Mort de rire... Vous avez deja vu des cameleons en train de faire du ski en marteau piqueur ? Et bien c est nous : trepidations perpetuelles sur les engins , slaloms entre les trous beants, un oeil devant pour la route et un oeil sur le cote pour verifier alentours, et bien sur on est toujours verts avec la circulation...
On vous passera nos galeres aux alentours de Bucarest ( cette ville n a pas d itineraire de contournement, toutes les routes menent a la capitale, et en plus on est tombe un jour de greve de camionneurs... C est la qu on s est couche a 23h30). Et puis il reste aussi quelques abberrations routieres, du style de celle que nous avons rencontree lors de notre arrivee sur Constanta. A 80km de la ville, la nationale rejoint l Autoroute du Soleil, pour traverser sur un seul pont un des bras du Danube... Tout le monde se retrouve donc sur l autoute, nous y compris. Rebelote avec les policiers roumains, pas tres cooperatifs cette fois-ci. Le conducteur de la Logan (et oui on est loin de l Audi R8 allemande), un sosie de David Douillet, nous fait rapidement conprendre qu il faut degager. Dans sa magnanimite, il nous donne quand meme l itineraire a suivre pour rejoindre Constanta sans passer par le pont de l Autoroute en nous proposant le pont le plus proche, a... 65km de la ! Un peit detour de 90km ce jour la, pour les beaux yeux du judoka en uniforme...

Un grand merci a tous ceux qui suivent ce periple et qui nous soutiennent tout au long du voyage, vos messages font chaud au coeur!...

lundi 12 mai 2008

LA CROISIERE VERTE PARIS-PETRIN...

Aujourd hui (comme hier et avant-hier) on n a pas tres envie de rigoler...
Par ou commencer?

On peut dire qu actuellement on revoit nos ambitions de maniere plus realiste. Pekin semble bien loin, a chaque jour, chaque instant, suffit sa galere.

Avant-hier c est un bug du chargeur rapide qui nous a preoccupes. On dirait pas comme ca mais si on n arrive pas a recharger le midi on se retrouve coinces la ou on se trouve (et c est souvent au milieu de nulle part: resto route, atelier, station-service...). Et c est aussi la fin du voyage. D ou notre desarroi quand on a constate le probleme... Notre demi-charge nous a quand meme permis d atteindre de justesse la ville suivante. Ouf.

Hier matin, alors qu on se demandait toujours si on allait pouvoir faire notre charge rapide a midi (3 heures de temps contre 10 heures la nuit), l etat calamiteux des routes a eu raison de certaines attaches de la carosserie du scooler de Geraldine avec pour effet direct de ne plus pouvoir ouvrir son coffre dans lequel se trouve sa batterie d appoint. Tout ca bien evidemment en pleine nature.
IMGA0043.JPG
Petit apercu de la pleine nature

Et ou se trouve la boite a outils?
a) dans le coffre de Xavier
b) dans le coffre de Geraldine
c) dans le chapeau de Gerard Majax qui justement passait par la
Reponse b) et c est mon dernier mot Jean-Pierre.
3/4 d heure a demonter des feux arrieres pour acceder au systeme de la serrure et faire sauter le ressort avec un bout de bois taille au canif. (Mac Gyver est mon heros.) Premiers pleurs de frustration de Geraldine...
IMGA0048.JPG
Reparation de fortune de la carrosserie

Nettement moins rigolo l apres-midi. Vous vous souvenez des camions roumains et de notre angoisse constante a leur passage? Ce qu on redoutait s est finalement passe. En doublant de trop pres Geraldine, l appel d air l a fait chuter dans un fosse betonne. Heureusement plus de peur que de mal. On notera que personne ne s est arrete (meme pas moi qui etais 100 metres devant). Je ne sais toujours pas comment elle a fait pour extirper a elle seule cette masse de 150 kg... Nouveaux pleurs d angoisse sous le choc. Petite consolation de la journee, le chargeur rapide refonctionne normalement. Le soir on est alle bruler un cierge dans le monastere peint de Cozia, mais apparemment on connait mal les rites de la religion orthodoxe...
IMGA0060.JPG
Monastere peint de Cozia datant de 1386
IMGA0059.JPG
Detail de la porte

Ce matin, on s est leves plus confiants et sereins pensant avoir deja expie nos peches hebdomadaires. Mais au bout de seulement 30 km la batterie de Geraldine est completement dechargee. Glups. Elle branche sa batterie d appoint sans probleme (rappelez-vous elle se trouve dans le coffre qui n a plus de serrure). Cela nous permet d atteindre le garage le plus proche. Et la les surprises commencent.
Suspectant un manque d eau dans les batteries (ce qui etait le cas) on se met a les remplir. Stupefaction: l eau s ecoule par terre car il y a une breche dans le systeme d approvisionnement. Reglups. Heureusement on suscite la curiosite mais aussi la pitie des mecanos qui nous viennent en aide: colle super forte et mastic de pare-brise ont fini par colmater la breche.
IMGA0064.JPG
Nous rechargeons. Vers 15h nous sommes prets a repartir esperant que le probleme venait bien de la.
Geraldine passe devant la haie d honneur des mecanos, c est a mon tour, je demarre... pas. Une sueur soudaine envahit mon casque. Geraldine devine tout de suite, je la vois s affaisser de desespoir (et ce n est pas sous le poids de son sac, que je porte desormais, car son dos la fait trop souffrir). Nouveau demontage. Un electro-mecanicien finit par trouver la cause (contacteurs oxydes).
IMGA0069.JPG
On repart vannes. Il est 17 heures. On etait arrives dans ce garage a 10h30 ce matin!

Ce soir on prend la mesure du defi. On ne se projette plus sur l objectif final mais on vit desormais au moment present, toujours obnubiles par l etat de fonctionnement de nos engins.

On repart demain sans savoir si le probleme du scooler de Geraldine est resolu. Rereglups. Un point positif: toutes ces galeres nous permettent de decouvrir l incroyable devouement et la gentillesse des gens que nous rencontrons: vivement la prochaine galere!

- page 2 de 4 -